Là, où est la peur, la sagesse ne peut exister. (Lactance)

Moi aussi, j’ai peur, et vous ?

Enfant, j’aimais grimper sur nos cerisiers pour me régaler de ces fruits rouges en pleine maturité. Mais une fois, alors que j’étais sur une branche un peu bancale à plus de 2 mètres du sol, en m’agrippant sur une autre branche au-dessus, mais qui n’était pas très solide, en m’étirant vers une grappe au-dessus de moi, je perdis l’équilibre… et de justesse pus me rattraper en me cramponnant et m’agenouillant sur ma branche porteuse. J’eûs très peur. Qu’est-ce qui aurait pu se passer, si j’étais tombée ?

Chacun connait la peur. Elle peut nous sauver la vie, par exemple quand nous faisons attention en traversant la route, ou en nous agrippant à une barrière quand nous grimpons sur un escalier très raide. Mais la peur peut aussi nous rendre malade. Qui dit peur, inquiétude ou angoisse… dit stress. Cela peut créer de l’insomnie, des tensions, de l’hypertension artérielle, nervosité, problèmes de digestion etc.

J’observe que la situation avec le fameux virus Covid-19 engendre une augmentation de la peur et de l’angoisse chez bon nombre de personnes.

Déjà, tout changement important dans la vie engendre un stress pour le corps. Quand du jour au lendemain, on n’a plus le droit de sortir librement comme on veut, qu’on ne peut plus aller au travail, qu’on doit s’occuper d’enfants à la maison ou qu’on doit fermer un commerce ou un restaurant… comment voulez vous que cela n’engendre pas de stress ?

Après combien de personnes ont une peur accrue de tomber malade ? Je connais même des personnes qui se sont fait des stocks de conserves et restées enfermées chez elles pendant des semaines, en se nourrissant de pâtes, riz et de conserves. J’en connais d’autres qui dorment très mal la nuit, car il se font du souci pour des membres de leurs famille qui vivent à l’étranger et parce que les voyages sont impossibles voir difficiles pendant un certain temps.

On a beau dire « il ne faut surtout pas avoir peur », la réalité est souvent plus compliquée que ça.

Personnellement, je n’y échappe pas non plus complètement. Je ne crains pas le virus lui-même, comme je ne fais pas partie de la population « à risque » et qu’en tant que naturopathe, je travaille depuis longtemps sur mon « terrain ». Quoi que… : Ces temps-ci, je pense souvent à une très chère amie naturopathe, qui est décédée de la Grippe A (H1N1) en 2009 à l’âge de la quarantaine. Ce n’est pas parce qu’on fait attention à sa santé qu’on a la garantie de la conserver, même si on réduit sans doute certains risques.

Ce qui m’inquiète beaucoup plus, c’est l’avenir… mon avenir personnel, mais surtout l’avenir des jeunes générations et des générations futures. Quand on voit les femmes et hommes de pouvoir agir, j’ai le sentiment que les choses ne vont pas bien dans la bonne direction – et ce dans bien des domaines (ils pensent qu’en mettant en place des moyens de barrière, du désinfectant, des tests et peut-être bientôt un vaccin, qu’il s’agit de la prévention ; ils laissent les opérateurs mobiles installer des antennes à leur propre gré sous prétexte de faciliter ainsi le télétravail…et la liste serait encore très longue).

Dans ce contexte, il est tout à fait normal de ressentir de la peur ou au moins de l’inquiétude.

Alors, que faire ?

Il est important d’agir au lieu de subir. Et il existe un certain nombre de solutions pour agir efficacement contre la peur et l’inquiétude.

  • Ne pas trop écouter ou regarder les infos, si cela engendre du stress chez vous.
  • Pratiquer de l’exercice physique modéré est un excellent moyen ; non seulement il favorise la circulation sanguine et renforce le métabolisme, il contribue également à la détente nerveuse (à force de passer beaucoup de temps sur les écrans ou de solliciter la tête avec ce déluge d’informations qui nous envahi tous les jours, nous dépensons beaucoup d’énergie dans nos têtes, et l’exercice physique va ramener cette énergie plus vers le corps et ainsi libérer la tête.)
  • Veiller à une alimentation légère et saine avec la part belle aux fruits et légumes de saison.
  • Les exercices respiratoires comme la cohérence cardiaque peuvent également contribuer à la détente.
  • Se réminéraliser en consommant des jus de légumes, en prenant des compléments alimentaires reminéralisant (notamment du magnésium)
  • Les Fleurs de Bach peuvent agir directement sur la peur et l’inquiétude : « Mimulus », si vous craignez des choses bien précises, Rock Rose si vous êtes « figé » de peur, « Red Chestnut » si vous avez très peur pour des êtres chers, « Cherry Plum » si vous êtes extrêmement tendu nerveusement et êtes sur le point de « craquer ».

 

En conclusion, une petite citation du livre « Conversations avec Dieu » de Neal Donald Walsh :

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez…
que la prudence est naturelle, la peur non. Ne cédez pas à la peur,
et en même temps n’abandonnez pas votre prudence.

C’est une question d’équilibre. La prudence c’est ce qui
vous fait regarder de chaque côté de la rue avant de traverser.
La peur c’est ce qui vous fait rester paralysé à jamais sur le bord
du trottoir. Vous connaissez la différence. Vous pouvez la sentir.

Si vous êtes « coincé » en ce moment, vous êtes probablement
dans la peur. Sortez de là. Vous avez déjà regardé des deux côtés.
Maintenant traversez la route pour l’amour du ciel ! Les voitures
sont passées depuis longtemps. La voie est libre. Votre seul
obstacle maintenant est votre propre esprit.